A l’occasion de la sortie en salles en France, le 22 septembre, du documentaire «Notturno» de Gianfranco Rosi (Fuocoammare), primé à la Mostra de Venise 2020, le site L’Italie à Paris a réalisé une interview du réalisateur sur les intentions du film et les conditions difficiles dans lesquelles il a été tourné.

Interview réalisée par Valérie Mochi. En italien sous-titré en français. (Si vous ne voyez pas apparaître les sous-titres, cliquez en bas à droite sur l’icone à côte de la roue dentée!)

A voir on line sur le site L’italien à Paris

Le documentaire sera projeté au Cinéma le Parvis du 20 au 26 octobre.

Rappel du synopsis:
De combien de douleurs, de combien de vies se compose l’existence au Moyen-Orient ? Notturno a été tourné au cours des trois années précédant sa sortie le long des frontières de l’Irak, du Kurdistan, de la Syrie et du Liban ; tout autour, des signes de violence et de destruction, et au premier plan l’humanité qui se réveille chaque jour d’une nuit qui parait infinie. Gianfranco Rosi l’illumine de rencontres et d’images de la vie quotidienne, et confère au récit une unité qui transcende les divisions géographiques. Grand film-tableau d’une maîtrise impressionnante, Notturno est un bijou ciselé à partir de la matière noire de l’histoire du Moyen-Orient. Difficile ne pas être fasciné par la beauté de ses images crépusculaires dont certaines mettent en avant des soldats en formation, des mères éplorées et des chasseurs en vadrouille.

.
.