INVISIBILI

Aurélien Bory développe au sein de la Cie 111 un « théâtre physique », singulier et hybride, à la croisée de nombreuses disciplines. À l’invitation de Pamela Villoresi, directrice du Théâtre Biondo, il crée à Palerme invisibili, pièce réunissant des artistes de cultures et d’origines différentes.

« Palermo est un nom qui vient de l’arabe et qui signifie Port Ouvert. Aujourd’hui encore il peut se vanter d’hospitalité et de tolérance, c’est dans son ADN. Aurélien Bory est un chorégraphe et metteur en scène qui, avec poésie et une extrême grâce, sait se fondre, s’immerger dans les questions et les langages du monde et de son temps. » explique Pamela Villoresi.

S’inspirant de l’Annunciata di Palermo du grand peintre Antonello da Messina et s’inscrivant dans les traces laissées par le Palermo Palermo de Pina Bausch, Aurélien Bory rassemble cinq danseuses de Palerme — Valeria, Blanca, Alessandra, Maria Stella et Arabella — Chris Obehi, musicien nigérian, qui a traversé à 17 ans la mer sur un bateau pneumatique et qui mixe à Palerme, Afrobeat et chansons en sicilien et Gianni Gebbia, grand saxophoniste palermitain qui a sillonné le monde avec sa musique.

« Le mot théâtre indique l’endroit d’où l’on voit. Invisibili tente à Palerme un autre point de vue : en filmant de côté, il tourne la tête et regarde hors-champ, là où l’on ne regarde pas. Est-il possible d’envisager le théâtre en angle droit, un regard oblique, comme une danse avec l’invisible ? » Aurélien Bory

Durée 1h10 – Tarif B

Lundi 26 fév à 20h30 et mardi 27 fév à 19h00 au Parvis à Ibos